Paroisse Saint-Hélier, Rennes
http://saint-helier.net/Homelie-du-Pere-Christian-Cherel
      Homélie du Père Christian Chérel

Homélie du Père Christian Chérel

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir

Homélie du Père Christian Chérel - Dimanche 29 janvier 2017


La première béatitude c’est "Heureux les cœurs purs car ils verront Dieu". Voir Dieu n’est-ce pas le point ultime de la Vie d’une personne humaine ? Saint Irénée de Lyon disait au 2 ème siècle : "La gloire de Dieu c’est l’homme debout, le bonheur de l’homme c’est la Vision de Dieu. Voir Dieu c’est vivre d’Amour, car Dieu est Amour." Dimanche dernier je vous parlais de l’importance de l’Adoration comme préparation à la
vision de Dieu. Il est un autre sacrement qui ouvre à la pureté de l’Ame c’est la confession.

Il n’y a rien de plus grand, de plus extraordinaire que d’expérimenter le Pardon de Dieu.
(Raconte ici l’histoire du bon larron sur la croix (Luc 23-39-43)).

Le Pardon de Dieu c’est ouvrir les portes du Paradis. Le Pardon de Dieu c’est faire l’aveu de ses fautes, de son pêché avec l’assurance qu’il n’y a pas de condamnation.
Je peux tout dire dans le secret du confessionnal. La confession est un tribunal sans
accusé, sans greffier et sans frais. Seuls sont présents le pénitent et l’avocat de la Défense "Jésus Christ ".

N’ayez pas peur du prêtre que vous connaissez, il n’est pas dans le jugement, il reçoit de Jésus la grâce de vous écouter tel que vous êtes.

Le pêché empêche d’avancer, aveugle les sens, vous fait agir de façon irrationnelle, il pollue toute notre vie jusqu’à nous dégoûter de nous-même.

Le prêtre est l’homme par qui le miracle advient. Le Miracle de la réconciliation en Dieu et le Monde.

Pourquoi est-ce si facile de révéler ce que l’on a de plus intime sur les réseaux sociaux en courant le risque d’être humilié ou ridiculisé ? Alors qu’il est si difficile d’aller se confesser à un prêtre qui, pourtant, ne répètera rien de tout ce qui aura été dit. L’homme cherche la thérapie, la guérison. (exemple du psychologue)

Se confesser c’est accepter de tout dire sans tricher avec humilité.
C’est vrai l’orgueil en prend un coup.

Se confesser c’est une opération vérité, c’est une assurance tout risque sans risque.
Se confesser c’est faire l’expérience de la libération de l’Ame.

Se confesser c’est retrouver des forces psychologiques et retrouver la joie.

Se confesser c’est retrouver l’énergie vitale, c’est retrouver la force et la pureté de l’Ame.

Se confesser c’est garantir la vie éternelle, c’est l’assurance d’une progression, d’une
croissance et d’une maturation dans l’Amour.

Se confesser c’est faire preuve de responsabilité morale.

Se confesser c’est retrouver les sens de la justice et de l’humilité.

Se confesser attire la consolation de Dieu.

Le relativisme moral ambiant nous fait perdre le sens du bien et du mal. Le bien peut
devenir mal et le mal peut devenir bien. Le risque est l’anesthésie de la conscience et
d’adapter la loi de Dieu en fonction de ce qui m’arrange.

Se confesser c’est aiguiser la conscience vis à vis de la justice.

Se confesser c’est une fortification de l’Ame, c’est sortir de la compromission et de la
confusion.

Se confesser c’est sortir de toute emprise de Satan sur mon Âme.

Se confesser c’est l’assurance de la Sainteté.

Se confesser c’est faire l’expérience de la tendresse de Dieu.

Si vous ne savez pas quoi dire, voir le Catéchisme de l’Église Catholique (les 10
commandements).

Se confesser, c’est la plus belle invention de Dieu. CitationS du curé d’Ars :" Il y en a qui dise : " j’ai fait trop de mal, le Bon Dieu ne peut pas me pardonner" . C’est un gros
blasphème, c’est mettre une borne à la miséricorde de Dieu et elle n’en a point : elle est infinie".

Quand un prêtre donne l’absolution, il ne faut penser qu’à une chose : c’est que le sang du Bon Dieu coule sur votre Âme, pour la laver, la purifier et la rendre aussi belle qu’elle était après le baptême, "et encore le Bon Dieu au moment de l’absolution jette nos pêchés par derrière ses épaules, c’est à Dieu, il les oublie, il les anéantit, ils ne réapparaîtront plus jamais".

Il ne sera plus parlé des pêchés pardonnés, ils ont été effacés, ils n’existent plus.
Le "bon larron" (Luc 23 39-43). L’un des malfaiteurs suspendus en croix l’injuriait : « N’es-tu pas le Christ ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi ! » Mais l’autre lui fit de vifs reproches : « Tu ne crains donc pas Dieu ! Tu es pourtant un condamné, toi aussi !
Et puis, pour nous, c’est juste : après ce que nous avons fait, nous avons ce que nous méritons. Mais lui, il n’a rien fait de mal. » Et il disait : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton Royaume. »

Jésus lui déclara : « Amen, je te le dis : aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis. »

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

info_fr {JPEG}

Dans l'Eglise

RCF Alpha

Eglise de France

Zenit, le monde de Rome

mai 2017 :

Rien pour ce mois

avril 2017 | juin 2017

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr